Menu

Description de l’écosystème

Le modèle d’ASL est un écosystème visant à éduquer et mobiliser la communauté afin qu’elle réponde adéquatement à l’ensemble des besoins des jeunes adultes autistes de haut niveau de fonctionnement.

Une vision globale, un modèle unique

Le modèle de services d’ASL a été construit de façon à répondre aux enjeux de la personne autiste autant qu’aux enjeux de la société face à l’autisme. En effet, de notre point de vue il est tout aussi essentiel d’aider la société à accueillir les jeunes autistes, que d’aider ces jeunes à intégrer la société.

L’écosystème d’ASL est un modèle systémique et structurant, qui repose sur deux éléments fondamentaux :

  1. Un écosystème de programmes variés, installés au cœur de la société et répondant à l’ensemble des besoins fondamentaux variés et changeants du jeune adulte autiste.
  2. Une mobilisation de partenaires —des institutions-phares et des acteurs-clés de la communauté issus de 11 secteurs stratégiques de la société— à qui on confie un rôle actif à jouer dans le soutien des jeunes et le fonctionnement des programmes.

Ce qui distingue L’écosystème d’ASL

  • Une grande variété de programmes complémentaires visant à répondre à l’ensemble des besoins de la personne ;
  • Des groupes installés en plein cœur de la société —dans ses écoles, ses institutions culturelles, ses organismes, ses entreprises— incluant de facto le jeune adulte autiste dans sa communauté, générant une sensibilisation directe à la réalité des jeunes adultes autistes et, par la même occasion, évitant la marginalisation ou la « ghettoïsation » de cette population;
  • Un écosystème soutenu par des institutions-phares et des acteurs-clés issus de tous les secteurs de la société ;
  • Des actions en prévention plutôt qu’en réaction, permettant d’accroître l’efficacité des services et d’éviter bien des souffrances et traumatismes inutiles ;
  • Des groupes inclusifs formés de jeunes autistes et de jeunes non autistes du même âge, issus de programmes universitaires en psychologie, travail social, psychoéducation, neurosciences, kinésiologie, nutrition, art-thérapie, psychiatrie, médecine, etc. ;
  • Une vision globale des besoins de la personne autiste et des enjeux de son inclusion sociale, et une vision globale du rôle de la société et de ses enjeux face au jeune adulte autiste ;
  • Une responsabilité et des coûts partagés par l’ensemble de la collectivité, ce qui en diminue les coûts pour chacun ;
  • Un écosystème dont la forte synergie fait en sorte que chacun des éléments renforce l’efficacité des autres et contribue au succès de l’ensemble ;
  • Un modèle systémique et structurant pouvant être reproduit dans toute agglomération urbaine où la communauté va se mobiliser pour l’implanter, ici au Québec et au Canada, ou ailleurs dans le monde.
Le modèle d’ASL : Une réponse aux besoins de la personne autiste

Pyramide de Maslow

L’épanouissement et l’inclusion sociale des jeunes adultes autistes passent par leur équilibre et par la satisfaction de leurs besoins fondamentaux.

ACCOMPLISSEMENT

Besoin d’accomplissement et de réalisation de soi
Réussir, s’accomplir dans son travail et/ou dans la société, se sentir utile, faire profiter les autres de ses talents.

ESTIME DE SOI

Besoin d’estime de soi, de reconnaissance, d’autonomie, de contrôle sur sa vie
Être conscient et fier de sa propre valeur, avoir confiance en ses capacités, être reconnu par les autres.

APPARTENANCE SOCIAL

Besoin de relations significatives, de développer le sentiment d’appartenance à un groupe, d’aimer et d’être aimé
Famille, amitié, amour, groupes sociaux, groupes communautaires.

SÉCURITÉ

Besoin de sécurité, réelle et ressentie
Environnement sécuritaire, sentiment de sécurité, tranquillité d’esprit.

BESOINS PHYSIOLOGIQUES

Faim, soif, santé, sexualité, sommeil.

La pyramide de Maslow offre un bel exemple des besoins fondamentaux de l’être humain. Le développement équilibré d’une personne, qu’elle soit autiste ou non, passe par la satisfaction de ses besoins fondamentaux. Et un développement équilibré est un préalable essentiel à sa réussite professionnelle et sociale, et à ses accomplissements.

Or, en pensant l’aide aux jeunes adultes autistes uniquement en termes d’intégration en emploi, on essaie de les jucher rapidement à la pointe de la pyramide, sans tenir compte qu’on multiplie grandement les chances de succès si on prend le temps de répondre à tous leurs besoins fondamentaux avant d’y arriver.

Enquête de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ)-2017

https://www.inspq.qc.ca/publications/2310

Selon les conclusions du rapport :

  • Les Troubles de santé mentale sont beaucoup plus élevés chez les jeunes autistes, que chez les jeunes non autistes;
  • Les taux de maladies physiques sont beaucoup plus élevés chez les jeunes autistes, que chez les jeunes non autistes;
  • Les taux de mortalité par suicide sont 2 fois plus élevés chez les jeunes autistes, que chez les jeunes non autistes ;
  • Taux de mortalité dus à d’autres causes sont 5 fois plus élevé chez les jeunes autistes, que chez les jeunes non autistes;
  • Les jeunes autistes reçoivent 2 fois plus d’actes médicaux que les jeunes non autistes.
  • Les jeunes autistes sont beaucoup plus isolés que les jeunes non autistes.

Le modèle d’ASL : Une réponse aux enjeux de la société face à l’autisme

L’écosystème d’ASL :

Pensé de façon à répondre aussi aux enjeux de la société face à l’autisme

En 2018, on estimait à un sur 66 le nombre de jeunes Canadiens ayant reçu un diagnostic de TSA et les cas continuaient d’augmenter. C’était sans compter les parents, les frères et les sœurs dont la vie était aussi bouleversée par l’autisme au quotidien.

En fait, l’autisme, ça concerne tout le monde. Il s’agit non seulement d’un enjeu majeur pour les personnes autistes et pour leur famille, mais aussi pour l’ensemble de la société. Une étude parue dans le journal scientifique JAMA Paediatrics, il y a quelques années, évaluait jusqu’à 2,4 millions US les coûts pour subvenir aux besoins d’une personne autiste non autonome, tout au long de sa vie. Le soutien inadéquat des jeunes autistes nuit au développement de leur autonomie et de leur potentiel. Il peut les conduire à l’exclusion sociale et les condamner à dépendre de leur famille ou de l’État pour le reste de leur vie.

Si l’on considère les coûts des problèmes de santé mentale et physique et des problèmes sociaux développés en raison d’une prise en charge inadéquate de cette population aux moments critiques de leur vie, et qu’on les additionne aux pertes économiques engendrées par les sacrifices de carrières et pertes d’emplois des parents qui en ont la charge, on parle de plusieurs dizaines de milliards de dollars par année, seulement au Canada.

Et que dire de la perte pour la société d’une main-d’œuvre au grand potentiel, dont la pensée originale et les aptitudes uniques pourraient être exploitées au plus grand bénéfice de l’ensemble de la collectivité, si tous ensemble on les aidait à se faire une place parmi nous…

Un regroupement de partenaires au niveau d’engagement exceptionnel ! 

Merci à tous nos généreux partenaires, qui participent activement à nos programmes et formations !

Merci à tous ceux qui ont généreusement donné de leur temps pour faire profiter nos jeunes de leur expérience et de leur savoir :

Genèse du modèle d’ASL